T’vois c’que j’veux dire

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 4.5/5 (17 votes cast)

C’est un tic de langage très à la mode… La tirade du premier dessin a l’air caricaturale, mais à l’occasion, écoutez un peu parler les gens dans la rue ou dans les transports en commun : si on fait attention, on entend parfois ce genre de chose.

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 4.5/5 (17 votes cast)
T'vois c'que j'veux dire, 4.5 out of 5 based on 17 ratings

Si cet article vous a plu, vous devriez aussi lire :

13 commentaires à propos de “T’vois c’que j’veux dire”

  1. Ouais .. En fait … Je veux dire par là que .. Ouais quoi …
    T’vois c’que je veux dire ?

  2. « Comment voir une parole, donc un son »… demande aux lorrains qui mettent un « voir » à la fin de chaque verbe.
    Ex:
    – donne voir le sel
    – écoute voir comment ils parlent dans le Sud
    et le très drôle:
    – regarde voir ce que j’ai trouvé.

    Je n’ai jamais réussi à m’y faire…

  3. La deuxième case me fait aussi penser aux anglophones qui utilisent « look: … » pour exprimer notre « écoute : … » * pour exprimer la nécessité de porter attention à la suite du discours de celui qui le prononce.

    C’est très visible dans les séries américaines sous-titrées.

    *(pour une fois plus logique au passage)

  4. Pour compléter Nanawel, en anglais, ce n’est pas you see la traduction, mais you know.
    J’ai déjà entendu de magnifiques enchaînements de you know, c’est incroyable.

  5. un peu de philosophie dans le geektionnerd, la grande classe:
    Boileau écrivait « Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement », au siècle de l’image on pourrait reformuler « Ce que l’on conçoit bien se voit clairement ». Entre pensée et langage les liens sont étroits. D’ailleurs la pensée, va de paire avec l’imagination, et sans vouloir faire d’étymologie fumeuse, dans « imagination », on retrouve la notion d' »image ».
    Bref pour une fois, je ne suis pas d’accord avec toi Gee, si tu vois ce que je veux dire 😉

  6. La dissert me rappelle la bonne vieille blague du comble du comble, que je n’ai pas honte de mettre ici, même si tout le monde la connait certainement :

    Q : Quel est le comble du comble ?
    A : C’est qu’un muet dit à un sourd qu’un aveugle les regarde.

    […]

  7. D’où l’intérêt de ne jamais lâcher son pack « oscilloscope + micro », essentiel à la communication aujourd’hui!

  8. L’ami Shakespeare a fait dire à un personnage (volontairement ridicule) « I see a voice » dans Le Songe d’une nuit d’été.

  9. « Avec des certitudes, point de style : le soucis du bien-dire est l’apanage de ceux qui ne peuvent s’endormir dans une foi. A défaut d’un appui solide, ils s’accrochent aux mots, – semblants de réalité; tandis que les autres, forts de leurs convictions, en méprisent l’apparence et se prélassent dans le confort de l’improvisation. »

  10. La citation exacte et complète de Boileau est « Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement – Et les mots pour le dire arrivent aisément. »

    Entre autres moi j’ai un pote, quand on discute il m’dit souvent :
    « Oui, oui j’entend c’que tu dit mais j’suis pas d’accord »

    J’sais plus où j’ai lu que pour se rapprocher des gens qu’on connait pas (forcément) il suffit de faire attention à la manière dont il se mouvent et dont ils s’expriment. Il suffit ensuite de les mimer pour dire explicitement « Je suis comme vous, je fais partie de la même tribu, le dialogue est aisé entre nous car nous nous comprenons ». C’est d’ailleurs ce que doivent apprendre tous les vendeurs de conneries pour refourguer leurs marchandises ô combien essentielles.

    (Et oui j’aime étaler ma culture comme du Nutella, t’vois c’que j’veux dire ? ^^)

  11. Puisqu’on parle bien ici, je me permets une petite correction d’un des commentaires : c’est « aller de pair », et non « aller de pairE ».

    Ce sont juste mes 2 centimes d’Euros 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*