Musopen

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 4.6/5 (14 votes cast)

Framarticle de la semaine.

Excellente initiative, symptoms ça fait plaisir de voir ce genre de projet aboutir ! Pour en savoir plus, rendez-vous sur le Framablog.

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 4.6/5 (14 votes cast)
Musopen, 4.6 out of 5 based on 14 ratings

Si cet article vous a plu, vous devriez aussi lire :

16 commentaires à propos de “Musopen”

  1. C’est toujours marrant ces petits calculs sur le droit d’auteur ^^

    Par exemple, pour Harry Potter :
    Sachant que l’espérance de vie est de 80 ans environ, et que Rowling a 46 ans, cela nous fait 80 – 46 = 34 ans. On ajoute à cela les 70 ans de monopole, ce qui nous donne 104 ans. Donc en 2115, on peut (naïvement) espérer voir Harry Potter dans le domaine public (si on ne tient pas compte des progrès probables en médecine, du rallongement certain du monopole, etc.). Ce qui signifie qu’on sera tous MORTS avant de voir Harry Potter dans le domaine public.

    Voilà.

    Bonne année, toussa.

  2. D’ailleurs ce pauvre Ludwig est mort, si ça c’est pas la preuve que le piratage tue les artistes !

    [/connerie]

    Bon, sinon, sérieusement, vous me faites marrer à considérer le passage d’une œuvre dans le domaine public comme un gain de liberté, voire même comme un élargissement de la culture libre. Mouarf.

    Les 30-50-70-90 ans de copyright sur une œuvre, c’est quel que chose d’arbitrairement choisi, et imposé par la loi. Qu’est-ce qui vous dit qu’en réalité l’artiste n’aimerait pas que son œuvre tombe dans le domaine public mille ans après sa mort ? Ou bien jamais ?

    Une seule chose peut vous le dire : la licence. Si on veut trouver de la culture vraiment libre, on ne peut le faire qu’en se fiant à la licence. Mais appeler « culture libre » quelque chose dont la libération a été imposée par la loi sans demander son avis à l’auteur est une absurdité.

    Moralité : Plutôt que de vous lamenter en disant « on sera tous morts avant de pouvoir profiter librement de notre divertissement propriétaire », considérez que ce qui est proprio est de toute façon perdu. Bannissez ce qui est propriétaire et appréciez cette culture qui est libre depuis le début pour laquelle les auteurs ont choisi une licence libre, et l’assument.

    PS : Et OSEF de Harry Potter, on le boycotte déjà : http://stallman.org/harry-potter.html

  3. C’est marrant, en lisant l’article hier sur numérama, je me suis dit que ça ferait un bon article ici.
    A noter que ce projet a entraîné des critiques entre autre venant du secrétaire général de Hadopi. C’est vrai quoi, c’est pas normal de diffuser de la musique sans que personne de touche de bénéfices…

  4. @gnuzer :
    Je vois la culture autrement. Pour moi, la culture appartient au public (par définition), donc le domaine public n’est qu’un juste retour des choses.
    En outre, le droit d’auteur n’est qu’un monopole accordé à l’auteur pour l’aider à survivre dans ce monde si cruel. Donc l’absurdité, c’est d’autoriser ce monopole *après* la mort de l’auteur (à moins que les législateurs croient en une vie après la mort, je n’en vois pas l’intérêt…).
    Et faire remarquer qu’on sera tous mort avant la libération d’une œuvre permet de rappeler l’absurdité de cette loi.

    PS : J’ai cité Harry Potter, car c’est récent et connu. J’aurais pu dire n’importe quoi d’autre.
    P-PS : On dit privateur, pas proprio 😛

  5. Je suis plus optimiste que toi: je pense qu’on pourra le faire dans 20 ans.

    @Gnuzer En France, l’auteur n’a pas son mot à dire. Le droit d’auteur est un cadeau de la société, il s’en contente où il va élever des brebis.

  6. @HgO : « On dit privateur, pas proprio 😛 »

    Je sais bien , mais la dernière fois que j’ai dit « culture privatrice », j’ai failli me faire lyncher ^^

    @Louis :

    Oui, c’est vrai, il n’est pas possible de passer outre le droit d’auteur en France. Perso tout je place tout ce que je publie sous WTFPL, mais même là, je me heure au droit moral, perpétuel, imprescriptible et inaliénable.
    Cependant, on peut se dire que ce qui importe, c’est le contrat entre l’auteur et le reste de la société. Et pour cela il existe des licences, dont certaines sont libres.
    L’artiste n’a pas besoin d’aller élever des brebis. 🙂

  7. Merci de m’avoir fait découvrir musopen. On sait quand et comment seront dispos les enregistrements ?

  8. Pour la musique sous license libre, tout le monde connaît bien sûr http://www.jamendo.com/fr/
    Alors évidemment, les Lady grasgras et autre crie anna ne sont pas dessus (quel domaaaaaaaaaaaaaage) mais cela montre que les artistes qui respectent leur publique peuvent tout à fait le faire, leurs gains se faisant par des dons et les concerts/produits dérivés.

  9. gnuzer : Et un site pour apprendre l’espagnol, c’est possible ? Parce que chez moi, ton site est en espagnol.

  10. Tant qu’on est dans le largage de liens, je rappelle qu’il existe aussi l’excellent http://dogmazik.net
    Contrairement à Jamendo, il ne considère pas le libre comme une machine à se faire du pognon…

  11. @Épios Bettems : Effectivement, le site n’est malheureusement disponible qu’en espagnol. Je ne parle pas espagnol, mais j’ai quand mêmes quelques maigres rudiments, et comme beaucoup de mots sont transparents et que l’interface est claire, je m’y retrouve.

    Pro-tip : « Télécharger » se dit « descargar ». 😉

    @HgO : Dogmazic est effectivement plus recommandable que Jamendo, cependant il souffre du même syndrome « Minitel 2.0 » : tout est centralisé, et c’est très mauvais.
    Récemment, Dogmazic a subi une panne et une bonne partie des albums ont été perdus. Les responsables essayent de récupérer les albums parmi ceux qui en ont des copies, mais c’est pas gagné…

  12. mais si on télécharge de musique libre en p2p, le super système infaillible hadopipi va-t-il nous choper???

  13. Salut à tous! Ce site en espagnol c’est le travail d’un de mes amis. Il travaille toujours dans le domaine livre. Malheuresement il ne parle pas français, mais maintenant qu’il commence a avoir de commentaires depuis dautre pais comme la Suede, et maintenant la France. Je pense qu’il voudrai metre son site en multilangue. Mon français est horrible, mais je pourais lui aider.
    Mais en attendant, utilisez des traducteurs, ou demandez de l’aide si necessaire. Son site vaux la peine!
    😀

  14. @FredBx : HADOPI chope les internautes qui partagent les œuvres pour lesquelles les ayants-droits ont fait appel aux services de la haute autorité. Celle-ci ne surveille qu’une liste d’œuvres et à priori, aucun risque d’y trouver de la musique libre.

    Mais ça ne t’interdit pas de partager de la musique libre aussi sur les darknets, hein. 😉

    @inakamona : Je suis parfaitement d’accord, son site vaut la peine !
    J’avais laissé un commentaire en anglais sur http://metal-libre.org/2011/10/razones-para-haber-estado-tan-parado-el-blog-ultimamente.html pour l’encourager.
    C’est un des rares sites de musique partageable où les causes libristes sont clairement affichées, et dont l’auteur se soucie de l’existence de formats libres (OGG) pour les œuvres.
    Bon, on voit encore trop souvent du rar hébergé sur megaupload, mais devant tous les bons côtés du blog, je lui pardonne. 😉
    Bref, qu’il continue : l’avenir de la musique partageable ne réside pas dans les grosses plateformes de diffusion centralisées à la Jamendo/Bandcamp/Soundcloud, mais dans les petites initiatives de passionnés comme la sienne.

    PS: Ton français est meilleur que tu sembles le penser 😉