Dépêches Melba VII

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 4.9/5 (16 votes cast)

Article pour le Framablog. Déjà les 7èmes dépêches melba !

Pour les sources :

Et sinon je n’ai pas eu l’occasion d’en parler dans cet article, mais il y a une affaire intéressante concernant le Parti Pirate et le élections de dimanche (législatives, si vous n’aviez pas suivi). On va bien voir, mais je doute que la demande aboutisse (on ne va quand même pas traiter un grrrrand parti et un parti qui fait 1% de la même manière, non ?). Ceci mis à part, j’aurais bien voté Pirate mais il n’y a pas de candidat dans ma circonscription… Dommage, peut-être la prochaine fois 🙂

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 4.9/5 (16 votes cast)
Dépêches Melba VII, 4.9 out of 5 based on 16 ratings

Si cet article vous a plu, vous devriez aussi lire :

25 commentaires à propos de “Dépêches Melba VII”

  1. Effectivement, je n’ai pas reçu de profession de foi du Parti Pirate, uniquement le bulletin de vote. J’ai pensé que c’était volontaire de la part du parti, mais en voyant l’article de Rue89, j’ai un doute maintenant.
    Je vote dans la 2e circonscription de Lille, où se présente Jeferson Staelens, si d’autres passent par là et savent si c’est normal …

  2. F Hollande: Moi aussi avant j’étais contre hadopi, et puis j’ai pris un Lobby dans le genou

  3. Vous m’avez fait douter alors je viens de regarder mon enveloppe (que j’avais ouverte pour confirmation du contenu mais que je n’avais pas consultée).
    Ils y sont tous, même des que je ne connais pas sauf le Parti Pirate ?!
    Pourtant, devant voter sur une machine électronique, j’ai le droit à une copie d’écran de l’interface (en double ?!) et le Parti Pirate apparait bien…
    11e circonscription du Val de Marne pour moi
    J’ai du mal à croire qu’ils aient rendus en retard leurs papiers sur autant d’endroits différents…

  4. Bah il va falloir pirater les élections 😛

    Pas de pirate chez moi en vue. Dommage.

  5. Euh, dans la plupart des circonscriptions les candidats n’ont pas eu les moyens de payer les bulletins ET les affiches ET les circulaires (ça sort entièrement de leur poche, on peut les comprendre). Raison de plus pour qu’ils aient méchamment les boules quand des circulaires se « perdent » mystérieusement.

    Sinon, l’histoire de ne plus accepter l’anonymat sur Twitter ça me paraît assez peu absurde somme toute : c’est déjà ce que font Facebook et Google+, et comme pour tout service propriétaire, il suffirait à Twitter de mettre à jour ses « conditions d’utilisation » du jour au lendemain. Ça ne me semble pas inenvisageable, au contraire c’est bien dans l’air du temps. (Car en matière d’entreprises et d’institutions, on vit hélas dans une époque globalement moranienne, il faut bien le reconnaître.)

  6. Je suis de la même circonscription qu’Aequor, et j’avais également pensé que c’était par mesure d’économie, les gens susceptibles de voter pour le Parti Pirate étant logiquement capables de consulter le site, indiqué sur le bulletin de vote.

  7. 13eme circonscription de parti même constat on ne sait même pas que le parti pirate existe…

  8. Pareil pour la 4ème circonscription des Hauts de Seine : pas de tract du Parti Pirate (qui se présente) ni d’un autre parti dont j’ai oublié le nom… Vous avez déjà deviné à qui ira ma voix…

  9. Sinon, bon, je ne peux m’empecher de me dire que le PP sert un peu a rien.

    Quand on a un front de gauche qui est plutot bien avancé sur tous les sujets…

    Bref.

  10. Voter Parti Pirate ? Ca part d’un bon sentiment, mais vous savez ce qu’ils proposent en matière de santé ? De retraite ? De logement ? D’éducation ? De justice ? De droit du travail
    ? Et j’en passe…

    Moi non, pourtant je m’informe, je lis tout ce que je trouve sur eux. Mais ils ne parlent que de numérique. C’est déjà très bien, mais le boulot d’un député ne se résume pas qu’à cela. Je veux bien les écouter, pourquoi pas voter pour eux ! Mais il faut d’abord me convaincre, que je sois sûr qu’ils défendent bien ma voix si je la leur confie. On ne gagne pas une élection en disant « je suis contre les lois liberticides », « il faut publier sous licence libre » ou « il faut légaliser le partage », ce n’est pas suffisant. Ou alors, s’ils veulent rester uniquement sur ce créneau, qu’ils deviennent une association ou une ONG, comme la Quadrature du Net. Eux ne se présentent pas, mais sont bien plus efficaces que le PP !

    Quitte à vouloir lutter par la politique, je regrette sincèrement qu’ils ne se soit pas affiliés à un autre parti, pour en former le courant numérique. Par exemple EELV, ou le FdG, puisque leurs positions ne sont pas très éloignées.

    Tout le monde y aurait été gagnant : le PP aurait pu avoir des députés (ou des suppléants), sans parler de la couverture médiatique, parce que cela aurait sérieusement buzzé . L’autre parti aurait une caution morale, des gens qui savent de quoi ils parlent, avec un discours venant d’un parti qui séduit ses électeurs au lieu de leur hérisser le poil (pas de « tous pourris » avec eux).

    Mais non, on se présente sans vouloir être élu (véridique, lu dans une interview d’un candidat). Fiers de faire 0.22% et de retomber dans l’anonymat jusqu’aux prochaines élections… Ca fait bien avancer la cause qu’ils soutiennent, ça !

    Désolé pour ce long post 🙂

  11. [Disclosure: je suis l’un des membres fondateurs et des cadres actuels du Parti Pirate.]

    « Ils ne parlent que de numérique » -> disons que le discours du Parti Pirate est plus visible (mais aussi plus mûri) sur les domaines liés au partage des richesses immatérielles. Pour deux raisons : médiatiquement, parce que les partis traditionnels font preuve d’une certaine méconnaissance (ou mépris) envers ce sujet, et historiquement, parce que c’est ce qui a conduit les citoyens du mouvement Pirate à se rassembler de par le monde.

    Cependant, votre perception du Parti Pirate relève de la caricature (caricature qui est entretenue par beaucoup de nos propres membres, j’en suis bien conscient, mais on ne va pas interdire aux Pirates d’être des geeks pas plus qu’on n’interdit aux Libristes de porter la barbe). Notre ambition est de porter un projet de société global, ambitieux mais réaliste, et c’est pourquoi notre tâche est différente (et plus ardue, ajouterais-je) que le rôle clairement délimité, parfois trop, d’associations comme celles que vous évoquez.

    Nous n’avons donc vocation _ni_ à être « le parti du numérique », ni « l’alibi numérique » de je ne sais quelle formation politique existante : c’est méconnaître notre raison d’être fondamentale, laquelle est d’offrir aux citoyens d’aujourd’hui un espoir de se réapproprier la vie politique, autour de bases fermes et sans compromis — à savoir les droits de l’homme et les valeurs citoyennes et républicaines.

    Ces idées, nous les faisons passer avant tout le reste, et notamment avant l’envie « d’avoir des députés » à n’importe quel prix. Nous considérons que les formations traditionnelles se sont discréditées au gré des compromissions et des ambitions personnelles (tout comme un certain nombre, ajouterai-je, d’association prétendument « apolitiques ») ; de nombreuses personnes de valeur y portent tout de même, à l’occasion, des idées proches des nôtres et nous savons le reconnaître, mais faire le jeu de la politique-politicienne est à _l’opposé_ de notre démarche.

    Et ces fameux 0,22% (je m’attends plutôt à 10 fois plus, mais admettons), ne sont qu’un chiffre : ce qui compte c’est que le Parti Pirate représente une frange extrêmement active et cultivée de la population, et une force prescriptrice majeure. Nous ne sommes qu’un signe avant-coureur de la lame de fond qui transforme nos sociétés pour les décennies à venir ; les « grands » et petits partis le savent bien, qui viennent tour à tour faire la danse du ventre devant nous, en espérant séduire nos électeurs par quelques formules lénifiantes qui n’engagent à rien.

    Que vous espériez encore en le partisanisme traditionnel, c’est votre droit le plus strict (d’autres nous font le reproche inverse, à savoir de redonner en la démocratie un espoir réformiste là où il faudrait radicalement repenser le système). Mais ne laissez pas votre jugement sur le Parti Pirate se ternir par les lieux-communs qui vous tiennent manifestement lieu d’analyse politique.

  12. Merci pour ces précisions vvillenave.

    « Cependant, votre perception du Parti Pirate relève de la caricature »

    Ma perception s’est faite en lisant votre programme (http://legislatives.partipirate.org/2012/notre-programme/). Je n’y ai pas trouvé de réponse concrête aux thèmes que j’ai avancé dans mon premier message (retraite, santé, éducation,…). C’est peut-être caricatural de chercher à savoir quelles idées sont défendues par un candidat avant de voter pour lui, je pense plutôt que c’est le point de passage obligé pour faire son choix et qu’en l’état actuel des propositions, je n’ai pas assez d’infos. Ou alors je fais un chèque en blanc en croisant les doigts pour que mes positions sur ces sujets soient celles qu’il défendra ? Qu’est-ce qui me prouve que mon candidat PP affirme vouloir « se réapproprier la vie politique, », mais cache son souhait de continuer les expulsions d’immigrés et de poursuivre la politique de Guéant concernant les immigrés ? C’est possible de concilier les deux, or on ne connait pas les positions du PP, simplement parce qu’il n’en parle pas, même pas sur son site officiel. C’est caricatural de chercher à connaître ces positions, et de critiquer le fait de ne pas les trouver ? Peut-être, mais tant que je ne connais pas la position du parti, je ne vote pas pour lui. C’est une question de confiance envers l’électeur que de ne rien lui cacher.

    Concernant les 0.22%, je vous souhaite de faire 10 fois plus. Mais quand je lis « L’objectif du mouvement pirate n’est pas d’obtenir des élus » dans un interview de Maxime Rouquet ‘co-président que PP français, lu ici : http://www.pcinpact.com/news/70999-interview-parti-pirate-francais-maxime-rouqu.htm?vc=1&_page=2#top_commentaire), ça ne donne pas envie de le choisir, sauf si on veut gâcher son bulletin. Entend-on ce genre de phrase des autres candidats ?

    Je comprend aussi votre position sur les autres partis. Mais je trouve également caricatural de dire « les autres se dicréditent, se compromettent, ils sont élus avec des lieux communs » (c’est ce que je déduis de vos propos, je me trompe peut-être). Je trouve même cela dangereux pour un parti qui n’a encore rien prouvé, et insultant envers les électeurs de ces partis. Pour moi, lire « nous défendons les droits de l’homme et les valeurs citoyennes et républicaines », c’est noble, mais pour moi c’est aussi une formule lénifiante qui n’engage à rien. D’ailleurs existe-t-il un parti qui dit le contraire ?

    Je vous souhaite de réussir, sincèrement. Mais d’après moi vous ne réussirez qu’en étant crédible, c’est-à-dire en vous adresssant à l’ensemble de la population. Vos idées concernant tout le monde, mais pas votre discours, qui reste « geeko-centré ». Et c’est en prenant position sur d’autres sujets que vous intéresserez. Je le répète, en tant que geek libriste barbu, je me sens proche des idées du PP. Mais un vote se mérite, il ne suffit pas d’avancer quelques principes généraux pour gagner, en disant « faite-nous confiance pour le reste ».

  13. [En tant que membre d’un parti présent aux élections imminentes, et étant donné le black-out ordonné par la loi entre le vendredi minuit et le dimanche 20 heures, je n’évoquerai pas ci-dessous les élections législatives.]

    Tout d’abord, je vous remercie pour la curiosité dont vous faites preuve, et la qualité d’analyse que vous recherchez.

    Que certains de nos candidats et certains de nos écrits (y compris sous la plume de votre serviteur) soient eux-même caricaturaux, c’est hélas indéniable (et Maxime s’est fait tancer pour ladite phrase, qui est au demeurant attribuable à une reformulation assez primaire de la part du journaliste).

    Notre programme est assemblé patiemment, point par point, année après année, au fil des débats entre adhérents et des votes en assemblée générale. Qu’il soit encore très loin d’apporter des réponses complètes, je n’en doute pas (mais je mesure également le chemin accompli). Cependant notre tâche principale, pendant les six premières années de notre existence, a été de fixer un cap idéologique clair et sans concessions (et avec lequel, par exemple, la « chasse aux pas-blancs » que l’on nomme pudiquement « lutte contre l’immigration illégale » ne me semble que très difficilement compatible, pour tout vous dire).

    Nous avons évidemment commencé par les sujets que nous connaissions un peu, alors c’est sûr que les questions techniques se retrouvent très haut dans la liste (quoique dans des domaines divers : partage de la culture, liberté d’information, surveillance et fichage, brevetabilité du vivant…). Peu à peu (au fil des rencontres et des contributions) nous sommes entrés dans une deuxième phase, qui est celle des questions moins spécifiquement informatiques mais qui restent assez pointues : indépendance de la Justice, environnement et production énergétique, lutte contre les discriminations sexuelles… (mais peut-être m’objecterez-vous que ce sont aussi des problématiques de geek ?). Et j’appelle de mes vœux une troisième phase (déjà prévue) qui nous orientera sur les questions plus sensibles (qui sont également les plus clivantes entre nos membres eux-mêmes) : économie, social, politique étrangère, logement/emploi, etc. — Ne sous-estimez pas, au demeurant, la capacité d’analyse politique d’un geek ; des propositions telles que le Revenu Universel, par exemple, présentent un intérêt politique réel même si elles sont portées, pour l’heure, par une frange très marginale.

    Le fait que notre mouvement soit composé uniquement de simples citoyens, venus de tous horizons et parfois sans grande culture politique, donne effectivement lieu à une incertitude récurrente : pas plus tard qu’hier je me suis arraché les cheveux en découvrant qu’un de nos candidats avait accordé une interview au « journal » Minute. Cependant, si votre impression de « chèque en blanc » est légitime à certains égards, le fait que notre mouvement soit en construction et en évolution permanente ne présente pas que des inconvénients : c’est aussi l’espoir d’une participation large et active des sympathisants, et d’un « débuggage » permanent (au sens littéral : nous répertorions les incohérences ou les lacunes de notre programme dans un bug-tracker public). Voilà ce que j’entends par « réappropriation » : pour filer la métaphore, plutôt que les « suites logicielles propriétaires » que proposent tel ou tel parti traditionnel, et que vous êtes obligé d’adopter ou de rejeter en bloc, nous voulons permettre aux citoyens d’avoir leur mot à dire quand ils le souhaitent et comme ils le souhaitent.

    Alors certes, et j’en finis là avec la métaphore, pour l’instant notre projet est en version alpha : il donne une idée de ce que nous cherchons, mais c’est encore incomplet et peu stable (et pour être entièrement honnête avec vous, je ne voterai pas moi-même pour mon propre parti). La façon dont je présente mon explication est très geek, mais cela me semble adapté en ce lieu ; naturellement le Parti Pirate ne prétend absolument pas être réservé aux geeks (d’ailleurs nos membres sont plus diversifiés que vous ne le croiriez).

    Dernière chose : si je parle de droits de l’Homme et de valeurs républicaines, c’est pour signifier très clairement que nous acceptons et revendiquons les acquis (politiques, philosophiques, sociaux, institutionnels,…) de la Révolution Française. À cela, je pourrais même ajouter (cela n’a pas encore été validé par les membres) le programme du Conseil National de la Résistance. Ça n’est pas rien, tout de même — surtout à une époque où la majorité de la droite (et même une partie de la gauche dite « de gouvernement ») a insensiblement dérivé vers un discours qui est celui de la Contre-Révolution. Ma phrase vous parait peut-être « bateau » et lénifiante, mais pour moi elle est chargée de sens (et c’est l’une des choses qui me consterne le plus, de voir à quel point les politiciens en exercice ont pu vider certains mots de leur sens, d’une façon très orwellienne).

  14. vvilenave m’a convaincu que le Parti Pirate voulait être un lobby.

  15. J’ai un peu la même perception que Jarodd du PP (sur le post juste au-dessus).
    En revanche, je ne vois pas l’intérêt d’être avec EELV. Ces derniers s’y connaissent suffisamment sur l’informatique et les libertés et sont beaucoup plus crédibles.
    Concernant le FdG, j’estime qu’ils se fourvoient sur la neutralité du net en voulant des infrastructures aux mains du gouvernement (sachant que le gouvernement peut basculer dangereusement tous les 5 ans)… Alors une alliance, pourquoi pas ? Tout simplement trop à gauche, il ne faudrait pas que des électeurs de droite ne puissent voter pour du libre ! (ce n’est pas seulement une affaire de gauchistes, voire communistes comme on peut l’entendre)

    Bref, à part une alliance avec le MODEM, je ne vois pas trop pourquoi il serait préférable qu’il ne reste pas indépendants.

    Je n’ai pas de candidat PP dans ma circo et ça ne me manque pas car je ne fais pas confiance à ce parti et je préfère encore voter EELV même si ils font partie de la majorité présidentielle avec le pacte EELV/PS.

    Cependant, je n’ai pas rencontré de candidat PP, alors que j’ai rencontré un candidat EELV (qui n’est pas remplaçant) qui a signé le Pacte du Logiciel Libre. Forcément on se rend mieux compte de la position d’un candidat lorsqu’on le rencontre.

    C’est un peu fouillis, mais j’espère que certains ont compris ce que je voulais dire.

  16. « ambitieux mais réaliste »

    Merci, je sais maintenant que quand on est de gauche on ne vote pas pour vous.

    «les « grands » et petits partis le savent bien, qui viennent tour à tour faire la danse du ventre devant nous, en espérant séduire nos électeurs par quelques formules lénifiantes qui n’engagent à rien.»

    Des noms, sinon vous ne faites que déblatérer.

    «Revenu Universel»

    Bullshit.

    C’est un Salaire a vie qu’il faut, indexer sur les prix et actuellement pas inférieur a 1700€.

    Jacques marseille (allez ch… sur sa tombe a l’occasion) et boutin sont eux aussi pour un « revenu universel »…

    «Le fait que notre mouvement soit composé uniquement de simples citoyens, venus de tous horizons et parfois sans grande culture politique, donne effectivement lieu à une incertitude récurrente : pas plus tard qu’hier je me suis arraché les cheveux en découvrant qu’un de nos candidats avait accordé une interview au « journal » Minute.»

    Tout est dit non?

    On ne réinvente pas la politique.

    Les plus honnêtes s’y sont casser les dents (LCR/NPA).

    Et les autres?

    On doit pouvoir résumer ca a des groupuscules comme alternative libéral.

    Que des gros en… donc.

    «Révolution Française» les révolutionnaires et les résistants(principalement communistes) du Conseil National de la Résistance n’etaient pas « réalistes ».

    «à quel point les politiciens en exercice ont pu vider certains mots de leur sens, d’une façon très orwellienne.»

    Ce n’est pas forcément les politiciens a proprement parler qui on vider les mots, c’est un tout.

    Et surtout une question d’éducation et de transmission du savoir.
    Et une manière de continuer de les faire vivre concrètement et pas que dans les discours(ou ils n’étaient parfois même plus).

    Il n’y a que comme ca (et a condition de ne pas faire de révisionnisme bien évidemment, mais ca va peut etre mieux en le disant) que les mots gardent leur sens et leur puissance.

    C’est confirmé pour moi, le PP ne sert a rien, simple constat.

    @EEuuuh

    «(sachant que le gouvernement peut basculer dangereusement tous les 5 ans)…»

    Tu fais allusion a cette discutions?:

    http://blog.fdn.fr/?post/2011/06/21/Il-ne-faut-pas-nationaliser-les-FAI-!

    Les infrastructure c’est quoi pour toi?

    Les cables ou les serveur routeur etc?

    Parce que si c’est les serveur etc, n’importe qui peut en avoir chez soit ou dans un piti local et je ne vois pas ce que l’État viendra faire là dedans.

    Sauf si bien évidemment… ils sont de toute facon contre Internet et le reste, mais ca, on le sait déjà hein?
    Et c’est pas vraiment leur non possession des infra qui changera quoi que ce soit, a mon avis, quand on y réfléchis deux seconde.

    Ca sera probablement moins facile pour censurer, mais quand on ne peut plus censurer d’une facon et qu’on veut quand même le faire, on passe a autre chose de plus radical et éventuellement définitif.

    Ce qui ne veut bien sur pas dire qu’il ne faut pas favoriser a mort le jour ou on le peut la multiplication des FAI associatif, coopératif etc

    Mon idée a moi et l’interprétation que j’ai faite des propos du FdG, c’est que, ils veulent re nationaliser France Télécome, ce qui est tout a fait légitime et normal(et le plus efficace), dans un 1er temps du moins, c’est comme pour les banques, voir Frédéric Lordon.

    Ah et, mais c’est accessoire il est vrai…, le FdG est pour passer a une 6e république.

    Alors tes changement dangereux tous les 5ans…

    «Alors une alliance, pourquoi pas ? Tout simplement trop à gauche, il ne faudrait pas que des électeurs de droite ne puissent voter pour du libre ! (ce n’est pas seulement une affaire de gauchistes, voire communistes comme on peut l’entendre)

    Bref, à part une alliance avec le MODEM, je ne vois pas trop pourquoi il serait préférable qu’il ne reste pas indépendants.»

    LOL

    «C’est un peu fouillis, mais j’espère que certains ont compris ce que je voulais dire.»

    Oui oui, pas de problème, mais c’est encore mieux si tu raconte pas n’importe quoi et que tu annonce la couleur dès le début.

  17. La gauche n’est pas réaliste ? Ah bon. C’est vrai ça, partager les richesses et assurer un minimum de justice sociale, c’est une douce rêverie. (voir plus bas)

    Vous voulez du name-dropping ? Nous avons été courtisés, noyautés, quasi-phagocytés successivement par : les madelinistes en col-blanc de Alternative Libérale, Les Verts européens, le Modem, le Parti Socialiste, le « Nouveau » Centre, La Gauche Moderne, re-les Verts (français cette fois), les boutinistes, l’UMP, le Front National, le Parti de gauche et les « libéraux de gauche ». Plus une bonne douzaine de cabinets de publicistes en rut, et une ou deux boîtes de lobbying. (Et je ne m’attarde pas sur les mythomanes arrivistes isolés, disons qu’ils font partie de la faune locale.)

    Le « revenu universel » n’a pas attendu Boutin ni Marseille, ni même les geeks actuels pour être proposé ; ainsi, c’est l’une des propositions du Parti Humaniste (tiens, encore un que j’avais oublié) depuis des lustres. Le fait que beaucoup de membres du Parti Pirate y réfléchissent ne signifie pas grand-chose, et en tout cas certainement pas ce que vous semblez déterminé(e) à y voir.

    « Vider les mots de leur sens » : à mon sens c’est exactement ce que vous faites ici-même en nous expliquant que la gauche n’est pas « réaliste » (vous devez, effectivement, avoir trop lu Jacques Marseille).

    Mais je ne doute pas que cela vous donne toute légitimité pour ensuite reprocher aux autres commentateurs de « raconter n’importe quoi ».

  18. «La gauche n’est pas réaliste ? Ah bon. C’est vrai ça, partager les richesses et assurer un minimum de justice sociale, c’est une douce rêverie. (voir plus bas)»

    C’etait +/- inronique, rapport a ce que « tous le monde » dit aujourd’hui et le sens et l’utilisation par les reculard et réactionnaire qu’a pris ce mot.

    Se libérer des allemands et de la royauté, est es ce bien réaliste?

    Remis dans le contexte?

    On peut en douter hein?

    Pourtant ce fut fait.

    Conclusion, réaliste ou pas, on s’en fou, c’est pas la question.

    Pour les noms donc, tout le monde n’est peut etre pas a mettre dans le même sac non?
    Et leur message n’etait certainement pas de la même nature…

    Mais bon, le poujadisme est toujours facile.

    Étrange et amusante discutions toute fois, il me semble pourtant que je suis clair(bon, pas toujours ok, mais je le repère en général et j’essaye) et qu’on peut difficilement se tromper sur mes intentions.

    Pardon, il faut que je reformule?

    Alors, simple rapide et direct.

    « EEuuuh » ne raconte pas n’importe quoi, il ment a propos du FdG.

    C’est mieux?

  19. @anonyme : Je mens sur le FdG !? J’ai besoin de la vérité alors, je serais ravi de la connaître ! Je ne suis pas anti-FdG, juste je préfère ce que disent et ce que font Europe Écologie (histoire d’annoncer la couleur dès le début). Cependant, en ce qui concerne ma décision de vote aux LÉGISLATIVES entre EÉLV/PS et FdG, cela aurait pu être différent si ma circonscription était ailleurs. Je pense à Corinne Morel-Darleux (mais ici encore, j’ai pu la rencontrer, contrairement à Delphine PETIT).
    Petit lien qui ne fait pas de mal : http://campagnes.candidats.fr/legislatives2012/?action=liste_candidats&circonscription=5673

    En ce qui concerne le lien de la discussion sur le blog de FDN, c’est effectivement sur cela que je me base par rapport à la position du FdG.
    Pour les infrastructures, je me suis peut-être trompé de mot (à toi de me le dire), je parlais de tout ce qui est au bout des câbles. Les câbles, à mon avis, doivent être déployés et entretenus (et loués à ceux qui s’en servent) par le service public (non sous-traité par du privé).
    Tu parles aussi des routeurs et des serveurs… Pour les serveurs, le problème est que le réseau actuel n’est pas vraiment prévu pour l’auto-hébergement (et par conséquent, la neutralité du net). Les routeurs/box, posent un problème de compatibilité/sécurité… Si je suis chez FFDN, je vais me confronter à un problème de compatibilité avec les fournisseurs de services (se disant FAI) car je ne pourrais pas profiter, par exemple, de la télé d’Orange/Free/SFR/Bouygues (ce qui à mon sens n’est pas normal, mais ce n’est en rien la faute des FFDN). Je n’aurais pas non plus accès à la FTTH même si c’est possible en étant chez un autre FAI. Cependant, chez les autres FAI, je m’expose à un problème de sécurité en utilisant LEURS box pour pouvoir profiter de leurs services exclusifs (quadruplay).

    Au moins on est d’accord sur le fait qu’il faut des FAI associatifs et coopératifs (pas seulement un FAI national). Mais il faut que le FAI nationalisé soit compatible avec les FAI associatifs/coopératifs si il se décide à vendre du service.

    J’espère avoir dis tout ce à quoi je pensais en lisant tes messages, car je n’ai pas trop envie de continuer le débat ici alors que ce n’est pas vraiment la place, je pense…

    @Gee : En tout cas, merci Gee d’offrir un espace libre pour commenter l’actualité sans avoir besoin de s’inscrire ou d’indiquer une adresse de courriel valide. Je vais essayer de ne plus poster sur cette page (c’est pour ça que j’espère avoir été clair et ne rien avoir oublié, mais j’ai la flemme de me relire… (^_^ ‘) ).

  20. @EEuuuh

    Bon, on dirait que j’ai très mal compris ton 1er commentaire, a moins que ce soit toi qui te sois loupé.

    «Les câbles, à mon avis, doivent être déployés et entretenus (et loués à ceux qui s’en servent) par le service public (non sous-traité par du privé).»

    On est d’accord.
    Encore que, il doit y avoir moyen de rendre ca gratuit et donc de mettre tout le monde a égalité.

    Par contre ca colle pas avec ca:

    «Concernant le FdG, j’estime qu’ils se fourvoient sur la neutralité du net en voulant des infrastructures aux mains du gouvernement »

    Sur le tout ce qui est en bout de cable, le FdG n’est pas contre et veut même favoriser les scoop etc, donc c’est pas incompatible avec un FAI national.

    Pour la télé il y a la TNT.

    La Fibre optique doit etre posée gratuitement par les opérateur.

    «Pour les serveurs, le problème est que le réseau actuel n’est pas vraiment prévu pour l’auto-hébergement (et par conséquent, la neutralité du net).»

    C’est pas assez précis.

    Pour moi il l’est.

    Ce sont les FAI qui ne le sont pas.

    «Les routeurs/box, posent un problème de compatibilité/sécurité…»

    ?

    Et la suite fin aussi d’ailleurs.

    Pas compris.

  21. @anonyme : Je me renseignerai auprès du FdG (certainement en discutant avec Corinne Morel-Darleux si je la recroise) pour vérifier ma vision des choses concernant les infrastructures du réseau.

    « Pour la télé, il y a la TNT » : Tu es chez FFDN, toi, non ? 😀 Même argument que sur IRC.
    Prenons le cas d’un match de foot (même si je ne regarde jamais) :
    TNT > Un scooter passe dans ma rue au moment où il y a le but spectaculaire… Je rate un moment intense à cause des parasites brouillant l’image et le son.
    Internet câblé + service télévisuel > Pas de parasites.
    En fait, c’est comme si tu me parlais de satellite alors que je te parle de fibre optique pour être relié à internet…

    « C’est pas assez précis. Pour moi il l’est. »
    Si « la mamie du Cantal » crée un site (ou un service) internet qu’elle veut auto-hébergé et qu’il a un énorme succès… Penses-tu que ce sera aussi simple (ou tout simplement rapide) de le visiter ? Il ne me semble pas que le réseau actuel soit prévu pour.
    « Ce sont les FAI qui ne le sont pas. » C’est indéniable, mais eux, ne bloque que sur le papier… Et ce n’est pas le cas de tous, il suffit de choisir le bon (on en revient à FFDN).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*