Cléante

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 4.5/5 (22 votes cast)

Je n’exagère même pas :

Pas très inspiré pour les noms, ce Molière

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 4.5/5 (22 votes cast)
Cléante, 4.5 out of 5 based on 22 ratings

Si cet article vous a plu, vous devriez aussi lire :

14 commentaires à propos de “Cléante”

  1. C’est marrant : on est justement entrain de lire « L’Avare » à l’école…

  2. C’est plus un prototype mais de la fabrication en série alors ! 😛

  3. Avec Cléonte et Clitandre y’a du jeu de mollet à faire… 😛

  4. En fait pour les noms il parait que c’était juste le noms des membres de sa troupe qu’il adaptais légèrement à chaque pièce

    (Source: ma prof de français de 2nd)

  5. Il était surtout influencé par la Commedia dell’arte, et ses personnage stéréotypes qu’on retrouvait dans presque toutes les pièces…

  6. Si Molière vivait de nos jours ce sont les Théo, Mathéo, Lucas qui s’appelleraient Cléante, Léandre ou Clitandre.

    (D’ailleurs pour ce qui est des Léandre(s) Molière n’a même pas eu besoin de ressusciter !)

    Et pour les Simon(s): Mascarille? Scapin? Alceste ?

    Un Harpagon de passage.

  7. J’ai honte, mais pour une fois, j’ai pas compris grand chose…

  8. C’est très bien de montrer qu’un informaticien peut être cultivé.

    Un littéraire refoulé et fort lecteur qui fait du web toute la journée.

  9. Et François Pignon ?
    Ah non, c’est pas la même série.

  10. @elbereth
    Ce n’est pas parce que l’on est informaticien que le littéraire qui sommeil en nous est forcement refoulé!
    On peut très bien concilier les deux 🙂
    (Refondre un intranet et choisir de le faire dans un CDI pour avoir toujours un livre à porter de main lors de l’upload du serveur !)

  11. +1 sur Anonymousse.

    Le théâtre de Molière est inspiré de la comédia dell’arte, or dans ce genre théâtral les personnages sont récurent : nom, attitude, caractère, etc…

    (Yeah premier post)

  12. Encore +1 sur Alicante, et aussi sur Bertrouf.

    En fait, les noms ont une fonction d’annoncer le stéréotype du personnage. D’autant que le perso dont on parle ici est loin d’être le moteur de l’action, donc il est volontairement plat.

    Cela dit, c’est vrai que les pièces de Molière se ressemblent beaucoup entres elles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*