20 piges pour la musique

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 5.0/5 (18 votes cast)

Article pour le Framablog avec le petit explicatif de Numerama qui va bien.

Encore du grand n’importe quoi… Mais de toute façon, 30, 50, 70 ans… On est beaucoup à avoir déjà tourné la page…

Et sinon, hors-sujet (encore que), mais pour écrire des conneries pareilles, faut vraiment bosser au Figaro.

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 5.0/5 (18 votes cast)
20 piges pour la musique, 5.0 out of 5 based on 18 ratings

Si cet article vous a plu, vous devriez aussi lire :

12 commentaires à propos de “20 piges pour la musique”

  1. J’ai vu l’article ce matin .. du très haut niveau ! En plus c’est signé par la rédactrice en chef des ‘news’, même pas un pigistes débutant ..

  2. S’ils ne voulaient pas être hypocrites, ils feraient la loi de telle façon que l’œuvre tombe dans le domaine public à la mort de «?l’artiste?»?!
    Ça serai tellement plus logique…

  3. C’est du lourd cet article en effet O_o
    (Sinon 50 ou 70 ans perso je fais pas la différence, ce que je veux écouter je l’écoute, public ou non)

  4. J’adore le vautour ^^

    L’extension du droit d’auteur, ça devient marrant quand le système se retourne contre lui-même. J’aime bien citer bayartb :

    Tout se joue – en fait – à l’aune de Disney : à chaque fois qu’on va atteindre la date de fin des droits d’auteur pour papa Disney, les Américains font le forcing pour qu’on rallonge cette durée. Ça fait déjà un moment qu’on est passé à cinquante ans après la mort de l’auteur, puis c’est devenu soixante-dix quand on a atteint les cinquante ans après la mort de Disney. Et là, ils essayent de pousser pour qu’on passe à 90 ans parce qu’on va bientôt atteindre les 70 ans après la mort de Disney. Pour eux, pas question que Mickey entre dans le domaine public.
    Le paradoxe, c’est qu’en fait Mickey est dans le domaine public depuis des dizaines d’années. Tout le monde le connaît, il est même devenu un mot de la langue courante. Mieux : le personnage est en train de tomber dans l’oubli. Cherchez dans votre entourage combien d’enfants ont vu un dessin animé avec Mickey : assez peu. Le mot est donc devenu courant, le personnage tombe dans l’oubli, mais il n’est pas encore entré dans le domaine public. Délirant.

    L’article du Figaro m’a bien fait rire, lui aussi ^^
    Je suis content de voir que les commentateurs ont un peu plus les pieds sur terre.

  5. L’explication dans la seconde image est d’autant plus absurde que le droit d’auteur est un droit *à vie* et que les 70 ans dont on parle ici sont le temps de prolongation de ce droit *après la mort de l’auteur*… (donc effectivement pour que les ayants-droit s’en mettent plein les poches sans rien faire u_U surtout au moment de la mort de l’auteur vu que ça relance les ventes.)

  6. J’aime la deuxième case!!
    Mais bon, c’est important de protéger les artistes, sinon Emma Leprince ne pourra pas profiter toute ça vie de ses droits d’auteur sur son album, déjà que des méchants pirates le téléchargeraient sans Hadopi)

  7. Trés bon argument non ? Avec la hausse de l’espérance de vie il faut bien que ces pauvres majors assurent leurs vieux jours !

  8. Déjà toute la vie de l’auteur, je trouve ça long, mais 50 ou 70 ans, après… Je pense que 20 ans après la première diffusion, ça serait déjà nettement suffisant. Surtout qu’après, ça permettrait à l’artiste de se faire une deuxième jeunesse et de ne pas être totalement oublié. D’un autre côté, on se dit que c’est pas long d’attendre 111 ans pour que « should I leave » arrive dans le domaine public (d’ailleurs, c’est même pas obligé hein ?).

    Autour de Mickey, on peut aussi parler de Bugs Bunny qui devrait plus tarder a y entrer aussi.

    Le plus bête la dedans, c’est qu’on accepte que les pauvres puisse avoir un retard culturel minimal de 70 ans…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*